À LA UNE     

Election CAF : Vers une alliance entre les candidats de l’Afrique de l’Ouest ?

Dans une interview sur RFI, Augustin Senghor a évoqué la possibilité d’alliances entre candidats ouest-africains à la présidence de la CAF.

A un peu plus de trois mois de l’élection à la présidence de la Confédération africaine de football, les prétendants commencent à avancer leurs pions. L’un des quatre à avoir déposé un dossier, Augustin Senghor, a profité d’une intervention sur RFI pour préciser sa pensée au sujet de la surreprésentation des candidats issus de l’Afrique de l’Ouest. Et à en croire celui qui préside la Fédération sénégalaise de football (FSF) depuis 2009, des alliances sont possibles. « Je n’écarte rien, j’ai parlé d’une démarche panafricaniste [au sujet de ma candidature] ces derniers temps, si on trouve un accord, c’est tant mieux », a expliqué Me Augustin Senghor.

« Il y a le temps pour discuter… Même pendant les élections, il y a la possibilité de trouver des accords », a ajouté celui qui est par ailleurs maire de Gorée et membre du comité exécutif de la CAF depuis janvier 2018, relancé au sujet des autres candidats issus de la région ouest-africaine, à savoir l’Ivoirien Jacques Anouma et le Mauritanien Ahmad Yahya. Majoritaires sur la liste des successeurs potentiels d’Ahmad, les représentants de la zone UFOA (le Sud-Africain Patrice Motsepe est le seul à pas en être issu, ndlr) pourraient selon Me Senghor combler le « manque », pour cette région dont aucun ressortissant n’a jusqu’alors été porté à la tête de la CAF depuis la fondation de la Confédération en 1957.

 



 

wiwsport.com avec foot365

À lire aussi